Comment surveiller facilement ce que font vos concurrents sur internet ?

par La rédaction, B-Reputation

9 avril 2018

Comment surveiller facilement ce que font vos concurrents sur internet ?

Pour une entreprise, quel que soit son secteur d’activité, être à l’écoute de son marché et de ses clients est une évidence, et généralement, c’est un état d’esprit intégré au fonctionnement même de l’entreprise. La veille concurrentielle est en revanche un élément traditionnellement un peu négligé, en grande partie parce qu’elle nécessite du temps et des ressources. Or, il est désormais possible, avec la montée en puissance des outils digitaux, de surveiller facilement l’activité de ses concurrents sur internet : quels sont les outils disponibles et les bonnes pratiques à mettre en place ?

Les différents types de veille concurrentielle

En pratique, la veille concurrentielle peut prendre plusieurs formes, selon les besoins, les moyens et les ressources de l’entreprise. La plupart du temps, elles se complètent, mais elles peuvent être menées séparément.

1. Faire soi-même sa veille concurrentielle
Une solution qui ne tiendra pas si vous souhaitez effectuer une veille concurrentielle très étroite et quotidienne, mais il s’agit d’une excellente base de veille. L’idée est de constituer un fichier commun à toutes les parties prenantes de l’entreprise. Ce dossier réunira ainsi toutes les informations sur les concurrents ou le marché en question. Le but est de compiler les connaissances de base, pour une mise à jour du fichier tous les mois ou trimestres.

2. Utiliser un outil de veille automatique
Nombreuses sont les solutions disponibles sur la toile à proposer aux entreprises de surveiller automatiquement leur concurrence. Un outil simple et performant comme Google Alerts peut déjà être un très bon début. Mais cela ne suffira pas (plus) : aujourd’hui, la veille concurrentielle doit aussi, et peut-être surtout, se faire sur les réseaux sociaux. Là encore, les outils de suivi sont nombreux. Attention toutefois, multiplier les outils peut s’avérer chronophage et coûteux. On conseillera donc de ne s’équiper que d’un seul et unique outil, et ainsi centraliser votre veille concurrentielle.

3. L’accompagnement par un professionnel
La solution de veille concurrentielle externalisée est sans aucun doute la plus complète, mais c’est aussi, logiquement, la plus coûteuse. L’avantage d’un accompagnement par un professionnel tient par ailleurs dans la méthode de veille utilisée, l’idée n’étant pas seulement de “recevoir” de l’info de veille (en vous inscrivant par exemple à la newsletter de votre principal concurrent), mais d’aller “chercher” celle-ci.

Les différents types d’informations à surveiller

Toutes les informations d’une veille concurrentielle n’ont pas le même degré d’accessibilité. Certaines sont ainsi plus difficiles à obtenir que d’autres. Il faudra donc ajuster sa stratégie de veille en fonction de cette limite et de vos besoins d’informations sur vos concurrents. On distinguera ainsi les types d’informations à surveiller suivantes :
- les infos “blanches” : disponibles “sans effort” sur le site de votre concurrent, dans les articles de presse, les annonces Google Adwords, les forums, les blogs, les conférences, les vidéos sur YouTube…,
- les infos “grises” : ne sont pas disponibles librement, il faut aller les chercher tout en restant dans la légalité. Par exemple faire des entretiens d’embauche aux salariés de ses concurrents, interroger ses partenaires et revendeurs…,
- les infos “noires” : ce sont des informations “volées”, ou obtenues de manière illégale : espionnage industriel, piratage des serveurs…

Débuter sa veille concurrentielle

En mode économique ou gratuit, et pour une première veille concurrentielle “faite maison”, il existe certains outils comme Google Alerts, mais aussi de petites choses faciles à mettre en place, de bonnes pratiques, simples et efficaces :

- s’inscrire aux newsletters, comptes sociaux, chaînes YouTube, blogs… de vos concurrents,
- acheter les produits de vos concurrents : le but est évidemment d’analyser leur qualité, mais aussi tout le processus d’achat, de l’accueil au service après-vente : que font-ils de mieux/moins bien que moi et pourquoi ?,
- lire la presse spécialisée : pour rester toujours informé et à la pointe de votre secteur d’activité.
- ne pas négliger les autres sources d’information utiles commes les emailings, prospectus, salons…

À lire aussi

Votre e-reputation

Obtenez votre diagnostic gratuit de e-reputation

Diagnostic

Notre Newsletter

Rejoignez la communauté de 1 500 dirigeants qui recoivent, une fois par mois, le meilleur de notre magazine

Email invalide

Merci de vous être inscrit(e) !

Découvez la e-reputation de votre entreprise - gif