B-Mag > E‑Reputation > Les enjeux de l’e‑reputation > Salariés, employeurs et e-reputation

Salariés, employeurs et e-reputation

par Margaux Blanc, B-Reputation

12 décembre 2016

Salariés, employeurs et e-reputation

Employés comme employeurs ont vu leurs comportements évoluer à mesure de l’avancée de leur implantation sur les réseaux sociaux. D’abord utilisés à des fins personnelles, ces nouveaux moyens de communication sont devenus un enjeu stratégique professionnel fort de l’e-reputation. Comment bien aborder ce nouveau virage ? Quels sont les points de friction et les risques spécifiques du triptyque salariés/employeurs/e-reputation ? Et surtout, quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place pour assurer un fonctionnement d’ensemble efficace ?

Les enjeux de l’e-reputation : conséquences pour l’employeur

De plus en plus de salariés s’expriment à propos de leur entreprise sur les réseaux sociaux. Or, en cas d’avis négatifs, les conséquences ne sont pas à négliger.

  • Dans le contexte d’un recrutement, les candidats sont aujourd’hui 95% à considérer que l’e-reputation d’une entreprise (témoignages des employés, retour d’expérience des candidats) est importante dans leur prise de décision d’après une étude Ifop,
  • Au-delà de la remise en question de son fonctionnement interne, l’e-reputation d’une entreprise mise à mal par des employés peut avoir des conséquences sur la clientèle en cas de crise importante.

Les enjeux de l’e-reputation : les risques pour l’employé

Les paroles des employés ne sont jamais neutres au regard de l’e-reputation de l’entreprise. Une communication négative, qu’elle vise directement l’entreprise ou qu’elle aille simplement à l’encontre de ses valeurs, peut avoir de lourdes conséquences.

  • Juridiquement, il est possible de se faire licencier pour des propos tenus sur internet. La frontière entre la liberté d’expression et l’illégalité est fine, y compris sur des publications anciennes,
  • Les deux questions à se poser systématiquement sont les limites de la bienséance, et le cadre : par exemple, des propos malveillants tenus sur un réseau social ont un caractère public car visible par des lecteurs non concernés directement, et sont donc légalement répréhensibles.

Dans le doute, il faut garder en mémoire que les plateformes internet sont publiques. C’est d’autant plus vrai que les paramètres de confidentialité ne sont pas toujours bien maitrisés, et qu’ils peuvent d’ailleurs être modifiés à tout moment.

Les enjeux de l’e-reputation : les bonnes pratiques

La gestion de l’e-reputation au sein de l’entreprise devient un vrai enjeu des ressources humaines, pour lequel il y a des bonnes pratiques à mettre en place :

  • La sensibilisation des employés à l’utilisation des réseaux et de la communication est importante pour expliquer l’impact que peuvent prendre les publications individuelles sur l’image de l’entreprise,
  • Cette sensibilisation peut s’effectuer via une courte formation, confortée par une chartre d’utilisation des réseaux sociaux et un règlement interne,
  • Pour aller plus loin, une clause de confidentialité peut être ajoutée aux contrats. Mais si elle apporte une sécurité légale, elle ne dispense pas d’informer convenablement les employés sur son fonctionnement,
  • Le socle d’une bonne gestion de l’e-reputation véhiculée par vos employés reste encore de soigner vos relations avec eux ! Des salariés heureux dans leur emploi deviennent une force de frappe réputationnelle importante.

En résumé, pour éviter tous les risques relatifs à une mauvaise gestion de l’e-reputation du côté de l’employeur comme de l’employé, il faut informer, responsabiliser, et (se) protéger.

Tous ensemble pour la meilleure e-reputation possible !
Tous ensemble pour la meilleure e-reputation possible !

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter