B-Mag > Paroles d'experts > La RSE, une prise de conscience des enjeux actuels

La RSE, une prise de conscience des enjeux actuels

par Cécilia Valdé, MoneyBanker

18 avril 2017

La RSE, une prise de conscience des enjeux actuels

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est un sujet qui fait aujourd’hui beaucoup parler. Cependant, son concept reste assez vague et beaucoup ont du mal à définir sa stratégie pourtant primordiale. En quoi consiste-t-elle ? Quelles sont ses origines et perspectives ?

Quelles sont les origines de la RSE ?

Les origines de la RSE sont multiples et discutables. Pour certains, la RSE est apparue dans les années 50 avec le livre d’Howard Bowen expliquant pourquoi il est dans l’intérêt des entreprises de se responsabiliser. Son livre « Social responsibilities of the businessman » y décrit, par exemple, l’idée qu’un employé mieux payé est un employé qui aura un pouvoir d’achat plus important et pourra, entre autres, acheter les produits de son entreprise. Cette idée avait déjà été développée par Henry Ford avec son fameux capitalisme du bien-être expliqué en 1914 avec l’annonce de l’augmentation des salaires de ses employés.

Cependant, d’autres voient les prémices de la RSE beaucoup plus tôt. Bien que ce concept n’ait jamais été décrit comme tel auparavant, les difficiles conditions de travail étaient déjà dénoncées auparavant. Au XVIIIe siècle, le sucre de canne des Caraïbes était boycotté par les consommateurs anglais qui dénonçaient sa production réalisée par l’esclavage. Dès 1880, les ouvriers qui réalisent leur poids dans cette nouvelle révolution industrielle, commencent à former des syndicats et à revendiquer leurs droits. En 1919, c’est l’Organisation Internationale du Travail qui est fondée pour assurer un travail décent à travers le monde.

L’engagement de l’entreprise : un atout non-négligeable

Dans la RSE moderne, la notion de respect s’est ajoutée à la protection. Il s’agit du respect de l’environnement et des consommateurs. Les entreprises sont responsabilisées afin qu’elles grandissent de manière équitable et responsable. La RSE s’applique, aujourd’hui, à de nombreux champs, comme la protection de l’environnement, l’aide sociale, le bien-être des employés, etc.

Dorénavant, se plier aux réglementations ou respecter le droit du travail ne sont plus suffisants. Les entreprises se trouvent confrontées à des consommateurs puissants et exigeants. Et dans un marché concurrentiel, ne pas se plier à leurs attentes peut être dangereux. Les consommateurs veulent consommer de manière responsable. Le déploiement du commerce équitable et du bio en témoignent.

La RSE prend, ainsi, tout un autre sens et va beaucoup plus loin que la réglementation imposée aux entreprises par l’Union Européenne.

Suite au réchauffement climatique, la protection de l’environnement fait, par exemple, partie intégrante de la RSE. L’UE régule, notamment, les émissions des entreprises afin de protéger l’environnement. Cependant, pour beaucoup, respecter les quotas d’émissions de gaz à effet de serre ne suffit pas. Beaucoup attendent un réel engagement de la part des entreprises. Dans le cadre de la protection de l’environnement, cet engagement peut se traduire dans le soutien d’organisations humanitaires pour la protection de l’environnement.

Cet engagement social peut, également, s’illustrer de différentes manières comme l’aide à l’intégration sociale, avec la création d’emplois flexibles d’aide à l’intégration des personnes exclues du marché de l’emploi. Cela peut également s’illustrer par le soutien de l’éducation dans les pays en développement, le développement de projets d’aide, etc.

Toutefois, la RSE est, aussi et avant tout, un travail interne. Et une fois encore, le respect du droit du travail n’est plus suffisant. A l’heure où le bien-être au travail est devenu primordial et où les entreprises où il fait bon travailler peuvent se voir décerner des titres européens comme « Great Place to Work », l’épanouissement des employés est un élément clef de la RSE d’une entreprise.

Le businessman, un consommateur comme un autre

Pour finir, il peut être important de ne pas limiter la RSE à une stratégie pour se différencier de la concurrence. Si cet aspect de la RSE est indéniable, il n’en demeure pas moins qu’une entreprise reste dirigée par un simple consommateur de notre société, qui comme tout consommateur, prend conscience des enjeux du contexte actuel et est enclin à vouloir avoir un impact positif sur le monde. Comme le dit Mads Hvidberg, directeur de MONEYBANKER, concernant sa contribution aux projets humanitaires « Si les entreprises ne participaient pas, la contribution dans les projets humanitaires ne reposerait que sur les épaules des particuliers et des gouvernements qui changent régulièrement. Ce ne serait pas assez pour faire une différence. Pour beaucoup, il s’agit d’un cliché, mais je pense que nous avons un impact plus important lorsque nous sommes unis et les entreprises ont, dans cela, un rôle important. ».

Retrouvez Cécilia Valdé sur LinkedIn

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter