B-Mag > Satisfaction client > Les enjeux de la satisfaction client > La place des avis dans le contrôle de la qualité des organismes de formation

La place des avis dans le contrôle de la qualité des organismes de formation

par Margaux Blanc, B-Reputation

3 octobre 2017

La place des avis dans le contrôle de la qualité des organismes de formation

La formation professionnelle, qu’elle s’adresse aux étudiants, aux demandeurs d’emploi ou aux actifs, est à la charge des quelques 60 000 organismes de formation français. Ceux-ci se partagent un marché de 32 milliards d'euros par an. À titre de comparaison, d’après les statistiques du Ministère du Travail, en 2001, on trouvait 45 000 centres de formation en France, pour un marché total de « seulement » 8 milliards d’euros. Devant la multiplication des organismes, et l’explosion des budgets consacrés à la formation, il était devenu nécessaire d’aider les usagers à « faire le tri » entre les acteurs du marché, et les prestations qu’ils proposent. Ainsi, la loi du 5 mars 2014 a été promulguée dans le but de réformer en profondeur le paysage de la formation professionnelle, en mettant notamment l’accent sur la qualité des organismes. Comment est-elle mesurée, et quelle est la place du recueil d’avis dans l’analyse de la qualité des formations ?

Qualité des organismes de formation : que dit la loi ?

  • La loi du 5 mars 2014 a été pensée avec deux objectifs : faciliter l’accès de tous à la formation professionnelle, et faire entrer dans le droit la notion de qualité des organismes de formation. Ainsi, le décret du 30 juin 2015 a précisé les mesures précédemment prises, en présentant les acteurs concernés par cette nouvelle notion, et les critères pris en compte pour leur évaluation,
  • Tous les organismes de formation dont l’activité est décrite dans l’article L. 6313-1 du Code du travail sont concernés par ces nouvelles mesures. On y trouve notamment les formations dites de préparation à la vie professionnelle, ou encore de développement des compétences des salariés,
  • Six critères sont pris en compte dans l’évaluation de la qualité des organismes de formation. Ils sont soit d’ordre pédagogique (objectifs de la formation, méthodes d’encadrement, parcours des formateurs), soit d’ordre qualitatif (processus d’évaluation interne, indicateurs de performance, recueil et partage d’avis),
  • La loi confie la charge du contrôle de la qualité des organismes à tous les financeurs de la formation professionnelle, qu’il s’agisse de Pôle Emploi, des régions, ou des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), autrement dit, les organismes chargés de centraliser le budget de la formation professionnelle.

Finalement, les organismes de formation remplissant l’ensemble des critères de qualité sont référencés sur Data-Dock. À l’inverse, ceux étant jugés non conformes peuvent se voir refuser la prise en charge financière des formations qu’ils proposent.

Indicateurs et éléments de preuve réglementaires pour les OF (sur data-dock.fr)
Indicateurs et éléments de preuve réglementaires pour les OF (sur data-dock.fr)

Le recueil d’avis, ou l’indispensable preuve de qualité

Si les critères pédagogiques peuvent être remplis grâce à un travail interne (par exemple, en rédigeant un descriptif clair des formations proposées, ou en formant régulièrement l’équipe pédagogique), le respect des critères qualitatifs nécessite de faire intervenir les parties prenantes des organismes de formation, notamment par le recueil d’avis. En effet, les organismes doivent apporter un ensemble de preuves pour attester de leur qualité, et les avis font partie des éléments clés à présenter.

  • Ainsi, les organismes de formation sont chargés de mettre en place un système d’évaluation interne, et de présenter régulièrement des bilans de qualité. Ici, recueillir des avis permet de récolter du feeback, apportant la matière nécessaire à l’analyse, à l’amélioration, et à la retranscription de la qualité du fonctionnement des organismes,
  • Les organismes doivent également produire un certain nombre d’indicateurs de performance. Or, des indices de recommandation comme le NPS (Net Promoter Score) ou le taux de satisfaction des stagiaires sont particulièrement représentatifs de la qualité de la formation proposée,
  • Enfin, les organismes de formation doivent mettre en place un système de recueil d’avis régulier, et le plus transparent possible. L’idéal est alors de s’adresser à un prestataire externe, chargé de créer un questionnaire de satisfaction sur mesure, de le diffuser et de mettre les résultats à disposition du public, afin d’en garantir l’impartialité et la visibilité.

Quoi qu’il en soit, les organismes de formation ne peuvent se passer d’un système de recueil d’avis pour attester leur qualité, et répondre aux impératifs légaux qui leurs sont donnés. Pour beaucoup d’entre eux, il reste encore du chemin à parcourir : en janvier 2017, seul 1500 organismes de formation remplissaient l’ensemble des critères demandés par leurs financeurs.

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter