B-Mag > Paroles d'experts > Paiement en ligne : interview de Louis Boulhol, co-fondateur de SimplyPaie.fr

Paiement en ligne : interview de Louis Boulhol, co-fondateur de SimplyPaie.fr

par François Grimpret, B-Reputation

19 juin 2017

Paiement en ligne : interview de Louis Boulhol, co-fondateur de SimplyPaie.fr

SimplyPaie.fr est une start-up proposant aux entreprises comme aux particuliers une interface de paiement en ligne par carte bancaire, simple et sécurisée. Cette plateforme permet aux utilisateurs de configurer leurs demandes de règlements, et aux consommateurs de les effectuer en quelques instants. Son co-fondateur, Louis Boulhol, nous éclaire sur le fonctionnement de sa société, et sur l’état actuel du marché du paiement sur Internet.

Comment est née votre entreprise ?
Louis Boulhol : Nous manquions, pour une de mes sociétés, d'un système de paiement par CB en ligne fiable et ergonomique ! Nous n'avons rien trouvé de satisfaisant sur le marché et avons donc entrepris, avec mon associé, de créer une société fournissant ce service en anticipant que d'autres auraient les mêmes besoins.

Quel en sont les principes et le fonctionnement ?
L B : SimplyPaie permet de se faire payer en ligne par CB de multiples façons, notre produit phare étant l'envoi d'une demande de paiement par mail en quelques secondes, contenant un lien sur lequel le débiteur clique et paie à l'aide de sa carte, instantanément. Nous offrons aussi l'automatisation de ces demandes via une API sécurisée, permettant ainsi le traitement de gros volumes de paiement de manière automatisée.

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres sur l’activité de votre entreprise : le nombre de transactions qui passent par votre solution par mois… ?
L B : Nous encaissons environ 10 millions d'euros par mois, et visons les 20 millions en septembre.

Où se situe le marché français par rapport aux autres, en particulier en Europe et en Amérique du Nord ?
L B : Je ne trouve pas que les Français soient particulièrement en retard ! Les géants américains ont une avance, mais ils s'enlisent aussi sous leur propre poids... Il y a de la place pour les innovateurs agiles, et en France nous sommes spécialistes !


Que répondez-vous aux personnes qui n’ont toujours pas confiance dans les moyens de paiement en ligne, notamment parce qu’elles se trouvent « hors contrôle » des banques ?
L B : Que l'argent que nos clients encaissent grâce à nous passe par le Crédit Mutuel ! Nous avons ainsi réussi à associer l'agilité, le dynamisme et l'esprit d'innovation d'une start-up comme la nôtre à la fiabilité et la solidité d'un grand groupe bancaire français.

Quels sont d’ailleurs vos rapports avec les acteurs traditionnels du marché du paiement comme les établissements bancaires ? Sont-ils des freins ou des accélérateurs d’innovation ?
L B : Je pense que ce sont des partenaires cruciaux et que nous ne jouons pas sur les mêmes tableaux : nous gagnons tous deux à travailler avec l'autre. Une banque n'a pas l'agilité pour créer des interfaces utilisateurs très optimisées et ergonomiques : des structures plus souples sont bien plus adaptées à ce travail. En revanche, leur assise et leur solidité sont capitales pour assurer un service fiable. Un bon écosystème de marché doit laisser chaque acteur faire ce que sa nature lui permet le mieux : on n'envoie pas les chars rentrer par les fenêtres ni les fantassins tirer sur les murailles.

Au sujet du Bitcoin et autres crypto-monnaies : permettez-vous leur mouvement sur votre plateforme ?
L B : Non, nous ne traitons que les grandes monnaies usuelles.

Où en sera-t-on du paiement en ligne dans 5 ans ? Autrement dit : quelle est la prochaine « disruption » attendue dans le secteur ?
L B : Il y a des progrès à faire sur le processus de décision d'achat. Sortir une CB de sa poche et recopier les numéros, ou taper un code, c'est long. Payer avec un mot de passe, c'est peu rassurant à cause du piratage. Tout cela freine les échanges et donc le commerce. Je ne sais pas quelle sera l'idée géniale ni qui la trouvera, mais il faut rendre instantanée et sûre l'identification du payeur, et lui permettre de payer facilement. Idéalement, il faudrait pouvoir payer juste en pensant le mot “oui”...

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter