Les nouvelles tendances du SEO en 2018

par Romain Jaeger, B-Reputation

17 juillet 2018

Les nouvelles tendances du SEO en 2018

Le référencement naturel, ou SEO, est une science complexe, d’autant plus qu’elle est en perpétuelle évolution. Les techniques et les bonnes pratiques évoluent au gré des transformations du numérique, empêchant les entreprises de pouvoir capitaliser sur leurs connaissances à ce sujet. Au contraire, elles doivent sans cesse s’adapter aux nouveautés introduites par Google. En 2018, l’ambition du géant de l’Internet est plus que jamais de travailler l’expérience utilisateur : comprendre ses intentions de recherche afin de lui apporter des réponses rapides, précises et personnalisées. Pour ce faire, les algorithmes de Google sont encore plus intelligents et prennent davantage en compte la qualité et la pertinence des sites internet. Tour d’horizon des nouveautés récentes du SEO et quelques conseils pour s’y adapter au mieux.

La recherche vocale

Une des grandes nouveautés 2018 du SEO concerne la popularisation de la recherche vocale, aidée par la percée des nouveaux « assistants numériques » comme Google Home ou Amazon Echo et par quelques nouveautés mises en place par Google au cours de l’année 2017 reposant sur une utilisation plus « marketing » du SEO. Parmi celles-ci, on retient la position zéro, consistant en un « extrait optimisé » ou « Featured Snippet » qui affiche la réponse à la question posée par l’internaute dans un bloc situé au-dessus de tous les résultats naturels et qui s’en détache très clairement. Autant dire que la position zéro confère un gain précieux de visibilité ! Deuxième innovation mise en place par Google : les People Also Ask (en Français, les « Autres Questions Posées »). Le principe est le suivant : Google enregistre toutes nos requêtes ainsi que l’ordre dans lequel nous les tapons et nous propose des questions en lien avec ces mêmes requêtes.

Durant la présentation keynote annuelle Google de 2016, Sundar Pichai, CEO de Google, a dévoilé que 20% des recherches mobile sont constituées de recherches vocales, un chiffre en constante augmentation depuis quelques années. Cette démocratisation de ce nouveau mode de recherche nécessite de repenser sa stratégie SEO, puisqu’évidemment l’écrit diffère de l’oral sur plusieurs points. Concrètement, les requêtes faites oralement sont plus « naturelles » et davantage formulées sous forme d’interrogations plutôt qu’une simple succession de mots-clés. Différents logiciels vous permettent d’orienter votre démarche SEO vers cet objectif, tel le logiciel Rank Tracker qui vous assiste dans la recherche de questions que les internautes sont susceptibles de poser quant à leur problématique. Ces requêtes orales sont également en longue traîne, c’est-à-dire qu’elles sont davantage extrapolées que les recherches manuscrites. Aussi, il est bon de focaliser votre stratégie SEO sur de longues expressions clés (c’est-à-dire plus de 4 ou 5 mots), qui sont de surcroît moins populaires que les mots-clés isolés traditionnels et donc plus accessibles. Développer une stratégie de mise à jour des contenus et de maillage interne, c’est-à-dire lier les contenus de votre site entre eux via des liens, est donc plus que jamais au goût du jour pour couvrir un large spectre de mots-clés !

Les supports de recherche

L’ordinateur, support de base des recherches Google, est progressivement en train de se faire supplanter par le téléphone mobile. En 2015 déjà, Google avait annoncé que le téléphone portable devançait désormais l’ordinateur en nombre de recherches dans une dizaine de pays, dont les Etats-Unis et le Japon. En 2017, c’est au tour de la France d’effectuer son tournant du « mobile moment » et la tendance n’est pas prête de s’arrêter, comme nous le confirme l’initiative Index Mobile First annoncée par Google fin 2016. La nouveauté est de taille puisque désormais ce n’est plus la version desktop qui est considérée comme la version principale analysée par Google pour indexer et classer les sites mais bien la version mobile. La firme transnationale a conscience des conséquences impliquées par un tel changement, c’est pourquoi elle a opté pour une transition douce, sans échéance fixe : « Nous effectuerons leur transition vers le Mobile First Indexing le moment venu, lorsque les sites sont prêts » (d’après une annonce Google à la fin de l’année 2017).

Aussi, il est fondamental de vérifier si votre site internet est adapté aux mobiles, c’est-à-dire s’il est mobile-friendly ou non. Dans ce dernier cas, opter pour un site Responsive Design, c’est-à-dire qui s’adapte à tous les supports, est certainement la bonne pratique à adopter.
Concrètement, vous devrez tout d’abord repenser l’ergonomie de votre site, en termes de navigation, de design et de lisibilité. Deuxième chose, la vitesse de chargement des sites, qui est aujourd’hui un facteur déterminant dans le bon positionnement sur internet. Ceci rentre dans l’optique de l’internaute-roi, puisque selon une étude menée par Google en mars 2016, 53% des internautes sur mobile quittent une page qui prend plus de 3 secondes à se charger. Pour vous aider à accélérer le temps de chargement de votre site internet, Google a lancé en 2016 les Accelerated Mobile Pages (AMP), pages spécialement conçues pour une navigation mobile. L’astuce réside dans le fait de ne pas charger l’ensemble du site mais uniquement la page qui contient l’article, permettant là un gain de rapidité notable. Toutefois, certaines entreprises ont voulu contourner le système en n’utilisant ceci que comme une sorte de bande annonce dans le but de rediriger les internautes vers la version traditionnelle disponible sur desktop. Le contenu mobile et desktop n’était donc en rien identique. Aussi, afin de contrecarrer ce phénomène, ces AMP-là voient leur visibilité revue à la baisse depuis le 1er février 2018.

Les outils

Google a annoncé en janvier 2018 une nouvelle version du Google Search Console, service gratuit permettant de vérifier la bonne indexation de son site internet et d’optimiser son référencement. Autant dire qu’être à la page des toutes dernières nouveautés de ce service ne peut que vous être bénéfique. Outre l’interface plus moderne et mobile-friendly, le rapport sur les performances permet désormais de remonter les données jusqu’à 16 mois en arrière (contre 3 mois auparavant). Google nous donne aussi accès à la liste des pages indexées, leur URL, les éventuelles erreurs associées et enfin au détail de ce qui compose son index.

Google propose également d’autres outils, dont le service Google My Business, gratuit et simple d’utilisation. Créé en 2014 et mis à jour régulièrement, il s’agit d’une fiche business permettant de montrer aux internautes son activité et d’autres informations essentielles sur son entreprise. Cette fiche est très visible, et donc intéressante pour votre SEO, dans la mesure où elle peut apparaître à trois endroits différents : au niveau du Local Pack, dans le Knowledge Panel (à droite des résultats de recherches) ou encore sur Google Maps (à gauche, sous forme de liste). N’hésitez-donc pas à en faire usage sans modération !

La sécurité

Google est un fervent défenseur du protocole HTTPS, visant à crypter les données échangées entre un utilisateur et le site web visité ainsi qu’à vérifier l’identité de l’éditeur dudit site web et de l’organisme de certification. Google a notamment décidé de notifier les pages HTTP comme « non sécurisées » à l’aide d’un cadenas gris et d’une petite croix rouge juste avant l’URL de ces mêmes pages. Au contraire, les pages HTTPS bénéficient d’un petit cadenas vert au même emplacement. Même si aucun lien direct entre ce phénomène et la qualité du SEO n’est prouvé à ce jour, il va sans dire que l’impact psychologique qui en découle est nuisible à la crédibilité des pages non sécurisées. C’est en tout cas ce que nous apprend une étude réalisée par GlobalSign en 2017 selon laquelle plus de 80% des sondés abandonnent leur achat si le site visité n’est pas sécurisé !

À lire aussi

Votre e-reputation

Obtenez votre diagnostic gratuit de e-reputation

Diagnostic

Notre Newsletter

Rejoignez la communauté de 1 500 dirigeants qui recoivent, une fois par mois, le meilleur de notre magazine

Email invalide

Merci de vous être inscrit(e) !

Évaluez votre maturité digitale - bleu