Les perles de l’assurance

par Margaux Blanc, B-Reputation

19 avril 2017

Les perles de l’assurance

S’adresser à son assurance, remplir un contrat ou écrire une lettre officielle est rarement facile. Mais dans le petit jeu de la communication formelle, certains font preuve – parfois bien malgré eux ! – de plus d’humour que d’autres… Incompréhension, circonstances cocasses ou pure mauvaise foi : découvrez notre sélection d’extraits choisis de courriers ou de mails véridiques reçus par les courtiers et les assureurs, en bref, les perles de l’assurance !

Dress code : "Pourquoi ne répondez-vous pas à la lettre que je vous ai adressée en bonnet d'uniforme ?"

Faute avouée, à moitié pardonnée : "J'avoue que je n'aurais pas dû faire demi-tour sur l'autoroute avec ma caravane, mais j'avais oublié ma femme à la station-service."

Les goûts et les couleurs : "Lorsque le feu a pris dans ma cuisine, mon mari n'avait pas terminé ses travaux de peinture : il y avait deux murs blancs sales, un vert propre et le dernier moitié sale moitié vert propre. La fumée a noirci le vert propre et l'eau des pompiers a fait des traces jaunes sur le blanc sale et le plafond (de couleur indéterminée). C'est maintenant toute une histoire de choisir une couleur qui ne jurera pas trop avec le reste. Pouvez-vous en toucher un mot à l’expert ?"

Les quatre saisons : "En décembre 92, j'avais cassé mon pare-brise et vous aviez gelé mon bonus ; je viens d'avoir un autre accident à la fin d’août : est-ce que le gel marche aussi pendant l'été ?"

Boire ou conduire : "J'étais bien à droite et en me croisant, l'adversaire qui prenait son virage complètement à gauche m'a heurté et maintenant, il profite de ce que j'avais bu pour me donner tous les torts. Honnêtement, est-ce qu'il vaut mieux être saoul à droite ou chauffard à gauche ? Il faut tout de même raisonner..."

Le sens des priorités : "Après l'accident, l'autre automobiliste n'arrêtait pas de répéter : Je suis prioritaire, je suis prioritaire... Entre nous, il n'y a pas de quoi en tirer vanité. Pour être prioritaire, il suffit de venir par la droite. C'est à la portée du premier imbécile venu."

Le laisser-passer A-38 : "J'ai bien reçu, successivement, votre lettre sur papier blanc, votre recommandé jaune, votre billet vert, mais maintenant j'aimerais bien savoir où nous en sommes exactement."

Problème mathématique : "Pour être dédommagé après un vol, doit-on obligatoirement constater les fractions de la porte d’entrée ?"

La mauvaise impression : "Mon assureur m'avait téléphoné pour me dire qu'il m'envoyait un avenant. Le lendemain, j'ai reçu la visite d'un inspecteur de la compagnie, pas avenant du tout."

Tel maître tel chien : "En repoussant un chien tenu en laisse par son maître, je me suis fait mordre par ce dernier."

Cours d’équitation : "J'ai dû mal m'expliquer en rédigeant la déclaration d'accident que je vous ai adressée la semaine dernière. Contrairement à ce que vous semblez croire, je ne circulais pas à cheval au centre-ville. J'étais tout simplement en train de garer ma voiture, à cheval sur l'accotement et la chaussée."

Ce n’est pas la taille qui compte : "Vous m'envoyez des formulaires avec des lignes trop courtes pour écrire ce que je veux. Que diriez-vous si je payais ma cotisation d'assurance sur des chèques trop petits pour écrire la somme entière ?"

La star du jour : "Comme vous avez dû le voir, avant-hier, en lisant notre quotidien régional, j'ai eu droit aux honneurs de la presse. Vous pouvez vérifier au bas de la page 12, dernière colonne, trois lignes intitulées : Vélomotoriste renversé dans le centre-ville. Le vélomotoriste, c'est moi."

Concours de circonstances : "Je vous demanderai de ne tenir aucun compte du constat à l'amiable. Vous comprendrez en effet que je fus brusquement pris d'une émotion subite : arrière défoncé, présence de la police, choc psychologique, tout concourrait à ce que je mette des croix au hasard."

Une affaire ardente : "Que voulez-vous que j'y fasse ? Il m'a brûlé la politesse en brûlant le feu rouge. Il n'y avait pourtant pas le feu, que diable !"

Le tournis : "C'était un virage tout rond - vous voyez à peu près ce que je veux dire -, alors à la fin, c'est normal qu'on perde le contrôle."

La raison du plus fort est toujours la meilleure : "Si j'ai reconnu ma responsabilité sur-le-champ, c'est que ce monsieur doit mesurer dans les 2 mètres et peser 100 kg, je n'avais donc aucune chance de lui faire entendre raison malgré mon évidente supériorité intellectuelle."

Vol-ception : "Pourriez-vous me dire si mon assurance-vol garantit le vol des antivols ?"

Pour conclure : "Pour l'instant, je n'ai aucune assurance chez vous, sinon celle de votre considération distinguée."

Notre Newsletter

Rejoignez la communauté de 1 500 dirigeants qui recoivent, une fois par mois, le meilleur de notre magazine

Email invalide

Merci de vous être inscrit(e) !