B-Mag > Digitalisation des entreprises > Les entreprises doivent-elles forcément passer au Cloud ?

Les entreprises doivent-elles forcément passer au Cloud ?

par Margaux Blanc, B-Reputation

10 octobre 2017

Les entreprises doivent-elles forcément passer au Cloud ?

Au cours de votre carrière professionnelle, il y a fort à parier que vous ayez déjà entendu parler du « Cloud Computing ». Sous cette appellation, on désigne l’utilisation d’un serveur externe pour stocker des données par l’intermédiaire du net. Les serveurs sont loués à l’utilisation, en fonction de critères techniques, comme l’espace de stockage utilisé. Les données ainsi externalisées sont alors accessibles n’importe où dans le monde et sur n’importe quelle machine, à condition que celle-ci ait un accès à Internet. Or, toute entreprise un tant soit peu digitalisée accumule rapidement un certain nombre de données : fiches clients, devis, factures… La question se pose alors : faut-il investir dans du matériel, comme des disques durs externes, développer son propre système de stockage, ou utiliser les services du Cloud ? D’après une étude de l’Insee concernant les entreprises françaises de 10 personnes ou plus, 17% d’entre elles ont investi dans le Cloud en 2016, contre 12% en 2014. Quelles sont les raisons qui motivent le choix de ces entreprises ? Cette tendance de l’utilisation du Cloud est-elle amenée à se généraliser ?

Les avantages du Cloud pour les entreprises

  • La première caractéristique évidente du Cloud est sa facilité d’utilisation. Précédemment, pour augmenter sa capacité de stockage, il fallait bien souvent passer par la rédaction d’un cahier des charges, et faire appel à un technicien informatique externe pour installer des serveurs. Désormais, le Cloud permet de condenser ce processus long et fastidieux en quelques minutes seulement,
  • Par conséquent, l’investissement initial est nettement moins important, non seulement vis-à-vis de la capacité de stockage, mais également d’un point de vue logiciel. Plutôt que de devoir acquérir une licence pour chaque poste de travail, il suffit de souscrire à un seul service Cloud incluant les outils nécessaires (logiciels de traitement de texte, feuille de calcul…),
  • Utiliser le Cloud inclut également une économie de ressources non négligeable : plus besoin d’embaucher des développeurs pour gérer la capacité de stockage et la mise à jour des plateformes, votre fournisseur s’en charge pour vous !
  • Le fonctionnement même du Cloud permet l’essor de nouvelles techniques de travail collaboratif : plusieurs personnes peuvent désormais traiter un même fichier en simultané, quelle que soit leur localisation. Ainsi, les entreprises internationales ont développé une nouvelle stratégie grâce au Cloud : le « follow the sun ». Plusieurs équipes se répartissent la charge de travail sur un même dossier en fonction de leurs fuseaux horaires, pour travailler dessus 24h/24, et ainsi optimiser le temps global de production.

Le Cloud Computing semble n’avoir que des qualités : simple, économique et collaboratif, l’outil de travail parfait ! Et pourtant, un certain nombre de revers doivent être pris en compte avant de se précipiter vers cette solution si alléchante.

Les points faibles du passage au Cloud

  • Utiliser une solution Cloud pour stocker ses données revient bien souvent à les centraliser sur une seule plateforme externe à l’entreprise. Ce qui signifie qu’en cas de panne, de dysfonctionnement, ou même simplement de coupure internet, l’entreprise est privée de son principal outil de travail. Les données étant stockées dans des datacenters (centres de données) situés dans toute l’Europe, et aux Etats Unis, il est alors techniquement impossible de les récupérer sur un support physique,
  • Une autre question primordiale se pose : celle de la sécurité. Que se passe-t-il en cas de piratage du compte de l’entreprise ? Au-delà de cette situation extrême, êtes-vous sûr du degré de confidentialité que vous offre votre fournisseur ? Comment garantir la sécurité de données clients sensibles lorsque celles-ci sont stockées sur un autre continent ? Si dans les faits, la sécurité offerte par la plupart des services Cloud est plutôt bonne et ne nécessite pas d’être aussi alarmiste, il vaut mieux rester prudent et se méfier des fournisseurs proposant des tarifs trop attractifs…
  • Certains avantages du Cloud peuvent se transformer en inconvénients : l’externalisation des compétences informatiques d’une entreprise sous-entend un certain degré de dépendance à un service tiers. L’entreprise perd alors la main sur d’éventuels ajustements techniques, et n’est pas à l’abri d’une mise à jour des fonctionnalités qu’elle utilise au quotidien, sans garantie que la nouvelle version déployée soit aussi adaptée à son activité que l’ancienne.

Ainsi, avant de passer à une solution Cloud, il est préférable de mener une sérieuse étude des bénéfices-risques, et de procéder à un certain nombre de vérifications préalables.

Les bonnes pratiques du passage au Cloud

  • La première étape essentielle se situe dans le choix du fournisseur. Il est préférable de ne pas mener cette enquête à la va-vite, mais de prendre le temps de comparer les différentes options. En 2012, les recommandations de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) à ce sujet étaient déjà claires : « Il est indispensable qu’une entreprise française qui envisage de recourir à un service de Cloud Computing réalise une analyse de risques et soit très rigoureuse dans le choix de son prestataire »,
  • Du point de vue de la sécurité, la conduite à suivre est certes fastidieuse, mais claire : bien souvent, il « suffit » de soigneusement étudier les paramètres de sécurité, puis le contrat proposé par le prestataire de votre choix, et tout particulièrement les clauses de confidentialité. Cette vérification peut par exemple être faite avec l’aide d’un avocat spécialisé dans le digital, afin d’éviter toute erreur d’interprétation. Une fois l’offre acceptée, il est préférable de prendre le temps de former l’intégralité des employés utilisant le service Cloud, afin d’éviter tout risque de piratage à cause d’une négligence interne,
  • Enfin, il vaut mieux éviter de céder à l’envie d’externaliser à tout va : un sérieux tri s’impose ! Ainsi, il est préférable de conserver les données les plus sensibles en interne, et de procéder régulièrement à des sauvegardes des fichiers les plus importants. Plus largement, il est préférable d’envisager le Cloud comme un levier de développement, et non pas comme un outil « magique » ayant vocation à remplacer l’intégralité des solutions déjà mises en place.

Finalement, faut-il faire passer son entreprise à l’ère du Cloud ? Dans l’immense majorité des cas, c’est un grand oui : grâce au Cloud, les petites entreprises peuvent bénéficier de services innovants à des prix compétitifs, et les grandes sociétés peuvent externaliser une partie non négligeable de leur activité. L’important est de ne pas céder aux sirènes de la facilité, et de procéder avec la même rigueur que lors de la sélection de n’importe quel fournisseur : prendre le temps de se documenter, s’entourer d’experts, et lire des témoignages clients certifiés avant de faire son choix !

Et si vous passiez au Cloud ?
Et si vous passiez au Cloud ?

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter