B-Mag > Paroles d'experts > LegalTech : Interview de Nathalie Magdeleine, cofondatrice de Domaine Legal

LegalTech : Interview de Nathalie Magdeleine, cofondatrice de Domaine Legal

par Pierre-Olivier Burte, B-Reputation

19 février 2017

LegalTech : Interview de Nathalie Magdeleine, cofondatrice de Domaine Legal

Diplômée de la Solvay Business School de Bruxelles et UCD à Dublin, Nathalie Magdeleine a été 10 ans consultante en organisation et marketing après avoir été 8 ans chez Mercer Oliver Wyman Paris. Elle cofonde domaine-legal.com en 2016 avec Stéphane Aguiraud, avocat au Barreau de Paris pendant 10 ans et installé depuis 2002 au Barreau d’Aix-en-Provence.

Quelle est votre définition de la LegalTech ?
Nathalie Magdeleine : C’est l’ensemble des entreprises qui utilisent des technologies numériques pour simplifier l’accès aux services juridiques et optimiser la manière dont sont prestés ces services. Mais il y a de fortes différences au sein même de la LegalTech : il y a ceux qui facilitent la vie des gens (création de documents juridiques ou mise en relation avec des avocats), ceux qui proposent des outils de productivité pour les avocats, d’autres encore qui sont des réseaux sociaux destinés aux seuls professionnels du droit, etc.

La LegalTech est-elle définitivement entrée dans les mœurs des Français ?
NM : Le recours massif aux services en ligne est aujourd’hui une réalité dans de nombreux secteurs. Les Français comprennent progressivement qu’ils peuvent désormais trouver en ligne une offre juridique de qualité, sérieuse, et économique. Ce n’était pas vraiment le cas en 2015 quand nous avons conçu domaine-legal.com ! Mais regardez le nombre de requêtes faites aujourd’hui sur Google dans ce domaine : les choses vont très vite et s’accélèrent ! Par exemple, domaine-legal.com propose des services juridiques en ligne et en cabinet, mais 70% de nos prestations sont réalisées en ligne.

Le marché du droit est-il désormais entièrement couvert par la LegalTech ?
NM : Sur le fond, je pense que tous les domaines du droit qui sont « standardisables » ont été plus ou moins approchés, mais il y aura encore probablement beaucoup de nouvelles fonctionnalités qui seront proposées dans les prochains mois par les startups de la LegalTech : la clé est dans l’exécution, et l’objectif final est de rendre un réel service à valeur ajoutée pour le client, de manière sécurisée et déontologique. Il faut aussi inventer des processus pour capitaliser sur l’immense savoir faire des professionnels, qui rassure les clients ; tous ne veulent pas du « Do it Yourself », beaucoup veulent du « Do it With Me », l’assistance d’un avocat est précieuse. C’est pourquoi toutes nos prestations sont proposées avec l’aide d’avocats, assurés en responsabilité civile et garants de la déontologie. L’évolution des LegalTech sera donc probablement d’être un allié des avocats et juristes, et non des concurrents.

Combien d’employés compte aujourd’hui Domaine Legal ?
NM : Domaine-legal.com, c’est en interne une équipe de 6 personnes (développeur, juristes, administratifs, webmarketing et commercial). Mais surtout, nous disposons d’un réseau de cabinets d’Avocats partenaires sélectionnés, réparti sur tout le territoire français.

Combien de professionnels du droit travaillent pour Domaine Legal ?
NM : Mis à part nos juristes internes, qui conçoivent l’offre online, rédigent et paramètrent les documents juridiques pour leur mise en ligne, nous travaillons actuellement avec une petite centaine de professionnels répartis sur toute la France, dont les spécialités couvrent tous les domaines du droit. Nous prévoyons à terme d’avoir un réseau d’environ 600 avocats. Il est en cours de développement. La philosophie de domaine-legal.com n’est en fait pas de multiplier le nombre d’intervenants, mais de proposer aux clients le bon avocat, le bon juriste, celui dont nous garantissons les compétences et la capacité à répondre aux problématiques. Un client n’a pas besoin de 1000 ou 2000 Avocats ou juristes. Il en a juste besoin d’un : celui qui saura traiter sa question. Dans notre réseau fermé, les avocats ne sont pas en concurrence, ils ont des compétences complémentaires pour répondre à toutes les situations.

Quel est le panier moyen d’un utilisateur de Domaine Legal ?
NM : Chez domaine-legal.com, les services sont très divers, la notion de « panier moyen » n’a donc pas vraiment de sens. Mais notre produit phare est la consultation d’avocat à tarif fixe de 24,90 euros pour 20 minutes de conseil juridique par un avocat expérimenté. La technologie que domaine-legal.com a développée permet d’offrir des services juridiques sur mesure prestés par de vrais Avocats expérimentés à des prix imbattables : 24.90€ la consultation juridique avec un Avocat, 49,90 € pour une mise en demeure par Avocat et son suivi personnalisé, 199€ la création d’une société avec conseils d’avocat inclus, etc.

Quel est le niveau d’économie réalisée par un particulier, pour un même acte, entre Domaine Legal et un avocat traditionnel ?
NM : Traditionnellement, une consultation d’Avocat est facturée en moyenne de 100 à 150€ HT, soit 120 à 180€ TTC. Chez domaine-legal.com, la consultation en ligne coûte 24,90€ TTC … Une création de société vous sera facturée traditionnellement de 1 500 à 2 000 € HT. Chez domaine-legal.com, c’est 199€. Faites le compte : c’est environ 90% d’économie !

Quelle est votre vision du métier d’avocat à 10 ans ?
NM : Ce métier, par la nature même des besoins auxquels il répond, est très divers : il y a les spécialistes du droit commercial ou du pénal, ceux qui ne « font » que du divorce… C’est un métier extrêmement technique, mais au-delà de cette technique juridique, c’est aussi un métier dont la matière première est la nature humaine, dans toute sa diversité. Il faudra donc combiner technique et humanité. A court terme, je pense que les avocats vont devoir, comme dans les autres secteurs de l’économie qui se sont ouverts à la digitalisation, repositionner leur offre de valeur client. Actuellement, les avocats vendent des actes chers, mais ne facturent pas le conseil. A l’avenir, je pense que c’est le conseil qui sera facturé, les actes pouvant être faits facilement en ligne et à moindre coût avec les outils digitaux. Par contre, dans 10 ans, les technologies de blockchain et d’intelligence artificielle seront mûres et utilisées largement, et auront profondément transformé la relation avocat-client. Certaines prestations seront réalisées par des robots, d’autres sources de litiges disparaîtront d’elles-mêmes, même les besoins de droit ne seront plus les mêmes. Par exemple les « smart contracts » (contrats qui sont déclenchés automatiquement) génèreront de nouvelles sources de litiges. Comme tous les métiers, les professions réglementées doivent s’adapter à un monde qui s’accélère ; et leur formation doit également en tenir compte …

Les particuliers se déplaceront-ils un jour au tribunal seulement munis d’une application mobile ?
NM : Pourquoi pas ?

Selon vous, quel autre secteur sera le prochain à connaître une aussi profonde transformation que le marché du droit, s’il en reste un… ?
NM : Enormément de secteurs seront profondément transformés, ce n’est que le début d’un « nouveau » monde. Mais je considère que la banque et notamment le marché des paiements va être incroyablement bouleversé dans un proche avenir…

Présentation de Domaine Legal
Domaine Legal propose, pour toutes les questions juridiques du quotidien, des solutions simples, en ligne, et à prix fixes. En fonction de votre situation, on peut vous proposer une consultation d’avocat, la rédaction d’un document juridique vérifié par un avocat, ou le lancement de procédures en ligne. Nous ne proposons pas de simples outils en ligne mais réellement des prestations d’avocats à prix imbattables : c’est un mix original de services juridiques automatisés et de prestations en cabinet : tout est vérifié ou fait par des avocats (une cinquantaine à ce jour), qui peuvent prendre en charge les cas les plus complexes et représenter les clients devant tous les Tribunaux et Cours d’Appel de France. En ceci nous sommes très différents des autres LegalTech, qui proposent souvent des services standardisés, parfois même une assistance d’avocat, mais pas une offre juridique complète jusqu’à la représentation en justice.

>> Voir la page B-Reputation de Domaine Legal

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter