B-Mag > Paroles d'experts > Les Junior Entreprises, un vivier de créativité et d'énergie

Les Junior Entreprises, un vivier de créativité et d'énergie

par François Grimpret, B-Reputation

24 mars 2017

Les Junior Entreprises, un vivier de créativité et d'énergie

La Junior Entreprise est un produit 100% fabriqué en France ! Nées à la fin des années 1960 au sein des écoles de commerce, les JE sont devenues au fil des années des acteurs économiques à part entière. Dédiées à des missions sans grande valeur ajoutée à leurs débuts, les JE ont connu un formidable essor depuis les années 1990 au point d’être considérées aujourd’hui par les entreprises « senior » comme des prestataires reconnus pour leur sérieux, leur connaissance et leur méthode. Zoom sur un phénomène à l’aube d’un nouveau boom !

C’est quoi une Junior Entreprise ?

1) Histoire
Nous le disions en introduction : les Junior Entreprises sont des purs produits des écoles françaises, et en particulier de l’école de commerce de l’ESSEC qui vit naître la première JE en 1967. Deux petites années plus tard, la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE) est créée (1969), à l’initiative des JE de six écoles : ESSEC, ESC Amiens, ESC Rouen, ESC Lille, ESC Bordeaux et l’ESC Montpellier. La CNJE a pour objet le développement du concept Junior Entreprise en France et à l’étranger. C’est au cours des années 1990 que le mouvement prend véritablement de l’ampleur. Le concept Junior Entreprise séduit, convainc et s’exporte à travers le monde ! Aujourd’hui, la Confédération Nationale des Junior-Entreprises développe et anime le premier mouvement étudiant confédéré de France, avec plus de 19.000 étudiants chaque année.

2) Statut juridique
Les JE sont des associations loi 1901 (comme la CNJE) à vocation économique et pédagogique, à but non lucratif, ce dernier point leur permettant notamment de proposer des tarifs très compétitifs. A noter tout même, même si cela peut apparaître comme une évidence : les JE sont des associations exclusivement étudiantes. Aussi a-t-on l’habitude de désigner les JE comme des associations, non pas « professionnelles », mais « professionnalisantes », au regard notamment de leur portée pédagogique et formatrice.

3) Typologie des JE
Les 180 JE que comptent aujourd’hui la France dispensent leurs compétences dans différents domaines d’activité et couvrent un assez large panel de secteurs d’activité. Structurées à la manière de cabinets de conseil, les JE proposent des prestations dans les domaines de l’informatique et de l’automatique, de l’électricité, du génie mécanique, de l’agro-alimentaire, de la pharmacie, de la stratégie, de la communication ou encore de l’architecture ou des sciences politiques ! Autant leur modèle de fonctionnement est le même, autant leurs champs d’intervention sont multiples et, semble-t-il, infinis !

Missions des Junior Entreprises

1) Typologie des missions
Les JE fonctionnent pour la grande majorité comme des cabinets de conseil. Mais quels sont exactement les types de missions qui leur sont confiées ? Elles ont d’abord une forte appétence, et une compétence reconnue, pour les missions d’audit. Les JE interviennent ainsi en premier lieu comme des experts en conseil, laissant l’opérationnel aux entreprises pour lesquelles elles travaillent. Peu de « terrain » donc, mais de la matière grise allouée à l’évaluation des structures d’entreprises, leur organisation (ou plutôt l’optimisation de leur organisation), leur rendement ou encore leur fonctionnement managérial. Les missions dépendent évidement de la nature même d’une JE, mais les entreprises reconnaissent à toutes leur capacité de synthèse et de rationalisation, et toutes ne tarissent pas d’éloges sur la capacité méthodique des JE, prolongement de l’enseignement reçu par les étudiants qui les composent dans leurs écoles ou universités respectives. Qui a dit que l’ensemble de la formation à la française était en perte de vitesse ?

2) Avantages des JE
Si les JE séduisent de plus en plus d’entreprises, c’est aussi parce que ces dernières présentent des avantages que leurs concurrentes « senior » ne peuvent pas afficher (ceci posé, elles en ont beaucoup d’autres !). Le premier de ces avantages est sans surprise l’accessibilité tarifaire des JE. En moyenne, un audit réalisé par une JE sera au moins deux fois moins coûteux que s’il était réalisé par une entreprise classique. Les tarifs préférentiels proposés par les JE ne sont toutefois pas le seul argument que ces structures peuvent mettre en avant. Par leur fonctionnement même, et leur structure, les JE sont par définition plus agiles, certain(e)s chefs d’entreprises diront même plus réactives. Les mêmes vanteront également la créativité et l’énergie dispensées par les JE, jugées plus fortes que chez leurs aînées. Des appréciations certes subjectives, mais qui trouvent un large écho au sein du tissu entrepreneurial français, et même au-delà !

De la France au monde

1) Les JE en Europe
Sous l’impulsion de la Confédération Nationale des Junior Entreprises est créé en 1992 un « mouvement Européen pour soutenir le développement des Junior-Entreprises sur le continent » (Junior Association for Development in Europe, JADE), rebaptisée Confédération Européenne des Junior-Entreprises. JADE regroupe aujourd’hui 14 confédérations, dont les confédérations néerlandaise, portugaise, italienne et suisse, et compte 280 structures en 2017. De la même manière que la CNJE française, JADE est une association à but non lucratif dont le siège, initialement domicilié à Paris, se trouve depuis les années 2000 à Bruxelles, au cœur de la capitale européenne, confirmant ainsi son ancrage continental. L’association contribue en outre au développement de l’esprit entrepreneurial dans le monde étudiant européen et favorise les approches éducatives liées au « learning by doing » / apprendre en faisant.

2) Dans le monde
Dès 1988, avant même la création de la JADE, la Chambre de Commerce Franco-Brésilienne importe le concept de Junior Entreprise au Brésil qui représente aujourd’hui près de 30.000 JE (!). L’Argentine, le Chili ou encore le Mexique ont également ouvert des JE dans leurs principales universités et grandes écoles. Une première Junior Entreprise a ouvert en 2012 au Canada : Junior Enterprise Desautels à l'Université McGill à Montréal. Elle a été rejointe par deux autres Juniors de Montréal pour former Junior Consulting Confederation of Canada (JC3).

En Afrique, le concept existe au Maroc avec la Confédération des Junior Entreprises Marocaines. On trouve une trentaine de Junior-Entreprises en Tunisie organisées par une confédération nationale Junior Enterprise of Tunisia. Au Cameroun il existe depuis 2012 une confédération nationale dénommée Junior Entreprise Cameroun20 (JECam). Les JE du monde entier se retrouvent une fois tous les deux ans lors de la Junior Enterprise World Conference (JEWC). L’édition de 2016 a rassemblé 4000 personnes à Florianópolis au Brésil. Les Junior Entrepreneurs ont également leur fête, le Junior Enterprise World Day (JEWD) qui a lieu tous les 22 novembre.

Des bancs de l’ESSEC en 1967 à nos jours, la Junior Entreprise s’est construite une solide réputation, tant par les compétences de ses membres que par la force du concept, capable de s’adapter, d’évoluer et de s’exporter !

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter