B-Mag > Paroles d'experts > Matthieu Alibert, Interface JE Sciences Po Toulouse

Matthieu Alibert, Interface JE Sciences Po Toulouse

par François Grimpret, B-Reputation

3 avril 2017

Matthieu Alibert, Interface JE Sciences Po Toulouse

Créée en 2008, la Junior Entreprise Interface Sciences Po Toulouse se construit autour de 3 axes : la satisfaction de ses clients, la réactivité de son équipe, la capacité d’adaptation de ses étudiants. Sensible au développement de la région et de son tissu économique, la Junior-Entreprise de Sciences Po Toulouse travaille depuis près de 5 ans aux côtés des acteurs régionaux. Forte de sa croissance, Interface se développe aussi sur l’ensemble du territoire national.

En quelle année Sciences Po Toulouse Junior Conseil a-t-elle été créée ?
Matthieu Alibert : Notre Junior-Entreprise a vu le jour en 2008, et a adhéré au mouvement dirigé par la CNJE en 2011.

En quoi se distingue-t-elle des autres JE ?
MA : Notre Junior-Entreprise est unique dans le sens où nous proposons des prestations fortement distinctes de nos principaux concurrents. En effet nous disposons de compétences particulières grâce aux enseignements dispensés par Sciences Po Toulouse. Cette unicité se retrouve dans deux de nos pôles de compétence : CAPE (Conseil en Affaires Publiques et Européennes) et GRDD (Gestion des Risques et Développement Durable). Nous proposons des études qui sont très qualitatives et innovantes.

Combien de membres compte-elle ?
MA : Organisation de l’équipe en 2017 :

  • 21 administrateurs
  • 5 membres dans le bureau (Président, Secrétaire Général, Trésorier, Vice-Président chargé du Suivi d’Etudes, Vice-Président Développement Commercial et Communication)

Combien de missions avez-vous réalisé en 2016 et pour quel CA ?
MA : 12 missions réalisées pour 36.690€ de CA.

Quels sont les parcours, de manière « générale », des étudiants après leur expérience dans votre JE ?
MA : Selon les infographies que nous avons réalisées annuellement, les étudiants ayant eu une expérience à Interface trouvent un emploi à :

  • 44% dans le conseil (IT, organisation, management, RH),
  • 23% dans les collectivités, l’administration,
  • 15% dans les activités de services aux entreprises. Certains poursuivent des études en 3ème cycle dans des grandes écoles de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon…) et grandes universités (Dauphine, Sorbonne…).

Réfléchissez-vous à de nouveaux secteurs d’activité ou de nouvelles natures de missions sur lesquels vous aimeriez orienter votre JE ?
MA : Nous souhaiterions orienter notre activité principalement vers 2 secteurs :

Quels sont les avantages, selon vous, pour une entreprise à travailler avec une JE, la vôtre en particulier ?
MA : Nous avons une équipe très réactive et dont les membres sont spécialisés via des domaines d’études très variés offerts par Sciences Po Toulouse (management, marketing, affaires publiques, risques et développement durable, sociologie, coopération internationale) ce qui assure à nos clients des prestations ciblées qui répondent à des besoins très techniques et singuliers. Notre politique est la création de valeur pour nos clients en leur assurant un rapport qualité/prix très compétitif.

Pensez-vous que le recueil d’avis (clients, partenaires, employés) peut être un vrai plus dans votre stratégie de communication et de prospection ?
MA : Nous poursuivons l’objectif d’amélioration constante de l’expérience client et en ce sens le recueil d’avis via différentes plateformes (matérialisées et dématérialisées) nous permet d’adapter régulièrement notre offre et prospecter de nouveaux segments de marché. En termes de communication, pouvoir s’appuyer sur des chiffres tangibles issus d’un mode de recueil d’avis certifié rassure nos prospects tout en donnant des gages de qualité à nos services.

L’année 2017 est une année d’élection présidentielle : est-ce que les JE sont politisées ? Avez-vous un favori ?
MA : Les JE comme le mouvement sont très politisés ! Et pour Interface c’est d’autant plus le cas que nous suivons une formation tournée vers la chose publique et les sciences politiques et de gouvernement. Les associations étudiantes sont aussi très actives sur le sujet ; elles promeuvent la politisation de tous et poussent au débat. Aucun favori ne se dégage clairement au sein de notre Junior-Entreprise. Le processus démocratique est un corollaire de la liberté de conviction de chacun !

>> Voir la page B-Reputation d'Interface Sciences Po Toulouse

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter