B-Mag > Paroles d'experts > Interview d’Anouk Antibi, AMJE Bordeaux

Interview d’Anouk Antibi, AMJE Bordeaux

par Margaux Blanc, B-Reputation

5 mai 2017

Interview d’Anouk Antibi, AMJE Bordeaux

Créée en 1989, la Junior Entreprise AMJE Bordeaux est rattachée au campus bordelais d'Arts et Métiers ParisTech (ENSAM). Fonctionnant sur le modèle d’un cabinet de conseil en ingénierie, ses étudiants accompagnent les entreprises pour des missions de gestion de production, d’études en mécanique ou de prestations informatiques. Sa présidente, Anouk Antibi, a répondu à nos questions.

En quoi l’AMJE Bordeaux se distingue-t-elle des autres JE ?
Anouk Antibi : Nous sommes spécialisés en production : prototypage, conception mécanique, énergétique… Afin de réaliser nos études, nous disposons du plus grand parc machine d’Aquitaine nous permettant de réaliser un grand éventail de pièces et prototypes. Nous avons également le soutien des enseignants et chercheurs de notre école, l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers.

Combien de membres compte-elle ?
AA : Plus de 300 élèves-ingénieurs peuvent intervenir sur nos études en tant que consultants.

Combien de missions avez-vous réalisé en 2016 et pour quel CA ?
AA : Nous avons réalisé 7 études l’année dernière pour un chiffre d'affaires de 25000 €.

À quel salaire mensuel vos membres peuvent-ils prétendre ?
AA : Un étudiant recruté sur une étude peut gagner entre 200 et 2 000 euros environ.

Quels sont les parcours, de manière « générale », des étudiants après leur expérience dans votre JE ?
AA : Les parcours sont assez variés car notre école est généraliste. On retrouve, entre autres, des parcours en aéronautique, conseil en ingénierie, BTP, automobile…

Réfléchissez-vous à de nouveaux secteurs d’activité ou de nouvelles natures de missions sur lesquels vous aimeriez orienter votre JE ?
AA : Nous souhaitons bien sûr continuer à développer notre activité autour de la conception car c’est ce qui définit notre identité de futurs ingénieurs Arts et Métiers. Cependant, nous souhaitons également nous ouvrir sur une nouvelle activité : la traduction technique ; car de nombreux élèves sur le campus de Bordeaux sont étrangers et ont les compétences nécessaires pour réaliser des études de ce type.

Quels sont les avantages, selon vous, pour une entreprise à travailler avec une JE, la vôtre en particulier ?
AA : En travaillant avec AMJE Bordeaux, nos clients (particuliers, entreprises, collectivités locales) bénéficient des connaissances et savoir-faire d’élèves-ingénieurs d’une des plus prestigieuses écoles de France pouvant faire appel au soutien de nos professeurs-chercheurs. Ils bénéficient également d’une grande adaptabilité financière pour chacun de leurs projets tout en ayant la possibilité de réaliser des études et prototypes grâce aux nombreuses plateformes et machines de l’école.

Pensez-vous que le recueil d’avis (clients, partenaires, employés) peut être un vrai plus dans votre stratégie de communication et de prospection ?
AA : Oui, tout à fait, nous sommes d’ailleurs en train de mettre en place des outils d’analyse des avis de nos clients et consultants.

L’année 2017 est une année d’élection présidentielle : est-ce que les JE sont politisées ? Avez-vous un favori ?
AA : Non, les JE ne sont pas « politisées » et n’ont pas vocation à le devenir. En tant que membres de JE, nous voulons cependant que le mouvement des Junior-Entreprises continue à se développer et soit soutenu par le futur gouvernement. A ce titre, la Confédération Nationale des Junior-Entreprises a pris contact avec différents candidats à la présidentielle.

>> Voir la page B-Reputation de l'AMJE Bordeaux

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter