B-Mag > Paroles d'experts > La gouvernance est-elle utile aux PME ?

La gouvernance est-elle utile aux PME ?

par Marie Grimpret-Cognet, Administratrice indépendante

24 janvier 2017

 La gouvernance est-elle utile aux PME ?

Si la question se pose c’est que la réponse, pour ce qui est des PME, n’est pas si évidente. Et la raison est simple. Initialement mise en avant pour les grandes entreprises qui avaient des conflits d’intérêts entre leurs différents actionnaires, la gouvernance d’entreprise ne pouvait pas faire écho aux 2 175 000 entreprises françaises qui n’ont qu’un seul actionnaire (qui est par ailleurs souvent le dirigeant opérationnel). Les PME ne pouvaient se retrouver dans cette démarche. Et pourtant gouverner étant aussi important que gérer, il est capital de se pencher sur la gouvernance d’entreprises, quelle que soit la taille de l’entreprise et la répartition des pouvoirs ! Il faut l’adapter aux enjeux et au contexte de l’entreprise.

Qu’est-ce que la gouvernance d’entreprise ?

Souvent, le plus difficile est de définir la gouvernance, le code Middlenext en donne une définition très pragmatique « Le gouvernement (ou gouvernance) de l’entreprise est un ensemble de dispositions légales, réglementaires ou pratiques qui délimite l’étendue du pouvoir et des responsabilités de ceux qui sont chargés d’orienter durablement l’entreprise. Orienter l’entreprise signifie prendre et contrôler les décisions qui ont un effet déterminant sur sa pérennité et donc sa performance durable. » Alors voilà, dans une entreprise, il y a des obligations, des engagements, des valeurs, une stratégie. Ces éléments ne sont souvent validés que par le-la dirigeant-e, seul-e actionnaire et dirigeant-e majoritaire. Mettre en place une gouvernance, c’est mettre en place un comité stratégique qui va vous aider à contrôler que vos décisions sont les bonnes pour la société et que les éléments qui vous aident à prendre vos décisions sont pertinents. Et c’est tout. Concrètement, la gouvernance et le comité stratégique vont permettre :

  • De clairement définir qui est responsable de quoi, au-delà du-de la dirigeant-e-actionnaire, au-delà de l’entreprise,
  • De savoir si les règles et contrôles définis sont efficaces pour l’entreprise, si le suivi est fait et analysé. Si ces indicateurs évoluent en fonction de l’évolution de la stratégie,
  • D’avoir une vigilance sur les actions menées par le-la dirigeant-e, qui peut dériver sans qu’il-elle s’en rende compte,
  • D’identifier les zones de risques,
  • De prévoir la pérennité de l’entreprise en cas de cession, ou d’absence temporaire ou définitive des personnes détentrices du pouvoir (et notamment du-de la dirigeant-e)

Et à quoi ça sert ?

Quand on est dans une PME qui concentre le pouvoir exécutif (dirigeant) et souverain (les actionnaires), les risques principaux, si on ne met pas en place une gouvernance et un comité stratégique, sont les suivants :

  • Absence de surveillance, donc d’évolution des compétences du-de la dirigeant-e face à son environnement,
  • Enfermement du-de la dirigeant-e, qui va répéter les méthodes gagnantes sans forcément comprendre qu’elles peuvent devenir inadaptées ou inefficaces, ou s’enferrer dans des méthodes peu efficaces,
  • Absence de pérennité de l’entreprise, difficulté à faire rentrer des partenaires financiers ou à participer efficacement à la cession de son entreprise. Ainsi, la mise en place d’une gouvernance raisonnable permettra au- à la dirigeant-e :
  • De contrôler ses principales décisions en fonction des indicateurs choisis,
  • De challenger ses choix,
  • De mieux appréhender les risques,
  • De donner confiance aux parties prenantes quant à la pérennité de l’entreprise. Faire le choix d’une gouvernance raisonnable d’entreprise, c’est annoncer qu’on va mettre la pérennité et l’efficacité de l’entreprise en priorité.

Ainsi le comité stratégique est l’instance la plus simple et la plus efficace pour mettre en place cette entreprise. Le comité est un groupe de 3 à 6 personnes, internes et externes à l’entreprise, que vous avez choisis pour leur expérience, leur compétence... La feuille de route du comité est définie à l’avance et conjointement et le planning de ses rencontres aussi.

Pour mettre en place une gouvernance raisonnable, il est mieux de se faire accompagner, en veillant toujours à faire quelque chose de simple et applicable facilement. L’accompagnement permettra au-à la dirigeant-e d’adapter les choix à son contexte. Si la gouvernance d’une entreprise ne vit pas, elle n’agit pas.

Marie Grimpret-Cognet (Profil LinkedIn)
Administratrice indépendante
Bibliographie : Code de gouvernement d’entreprise Middlenext, cahier n°10, septembre 2016

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter