B-Mag > Paroles d'experts > Energies renouvelables : le futur du marché des énergies

Energies renouvelables : le futur du marché des énergies

par Julien Tchernia, Président d’ekWateur

13 septembre 2016

Energies renouvelables : le futur du marché des énergies

En 1998 s’ouvre le marché des télécoms français et France Télécom cède son monopole à de nouveaux concurrents. 10 ans après, en 2008 tout a changé, baisse des prix, augmentation des débits, « triple play », forfait illimité, téléphonie sans fil… Autant de preuves du bien-fondé de cette libéralisation. En 2007, le marché de l’énergie s’ouvre à son tour, et les acteurs historiques perdent leur monopole. Une mesure qui aura 10 ans l’année prochaine, avec un bilan moins étincelant : le prix de l'électricité a depuis augmenté tous les ans et augmentera encore en 2017, alors que les prix du marché de gros ont baissé de moitié depuis 2011. Les prix du gaz ont sensiblement suivi la même courbe sur cette période. Et si les raisons de ces évolutions sont multiples, le constat pour le particulier reste le même : sa facture ne fait qu’augmenter. Mais alors que manque-t-il au marché français de l’énergie pour s’améliorer économiquement et écologiquement ?

Un constat peu brillant…

Le marché français de l’énergie se décrit simplement : il est ultra-dominé par les acteurs historiques, anciens services publics au business model dépassé. Mais pour les particuliers, il faut prendre en compte deux variables : le prix du kWh et la consommation réelle de chaque ménage. Or, en ce qui concerne les prix, les tarifs réglementés de ventes sont basés sur des coûts que rien n’incite à faire baisser si ce n’est la volonté politique d’un État qui est également actionnaire. Quant à la consommation, il est difficile d’espérer que des producteurs d’énergie poussent sérieusement à la sobriété. Il s’agit donc d’ouvrir les yeux des Français sur le prisme au travers duquel ils jugent leurs fournisseurs d’énergie.

… Mais quelques signes encourageants.

Malgré cette architecture politique et réglementaire, tous les voyants sont au vert pour une ouverture à la concurrence. Trois données sont à prendre en compte dans l’optique d’un marché de l’énergie adapté aux modes de consommation modernes : la chasse au gaspillage, les énergies renouvelables et l’autoproduction. Le marché français n’est pas organisé pour éviter le gaspillage d’énergie. La majorité des logements de l’Hexagone n’a pas été pensée pour permettre une juste consommation d’énergie, mais pour apporter une température constante. Radiateurs, sols chauffants, isolation, thermostats, il faudrait revoir l’intégralité de l’équipement en énergie des logements français, un chantier de taille mais largement envisageable à l’avenir. Qui dit énergie d’avenir dit énergies renouvelables. En France, la production est largement subventionnée mais la demande n’en est qu’à son balbutiement. 1% seulement des français optent pour une offre 100% renouvelable (contre 20 à 30 % en Allemagne et en Belgique). Il est temps de rétablir cet équilibre offre-demande, en aidant simplement les consommateurs à choisir. Le gouvernement a déjà des outils, comme le comparateur internet du médiateur de l’énergie. En faire la promotion suffirait à pousser les français vers plus d’économies.

Un besoin de souplesse pour l’autoproduction

Le solaire, l’éolien ou encore la géothermie sont autant d’outils de production d’énergie disponibles pour le particulier. Leur exploitation est bien subventionnée par l’État, mais uniquement si leur production d’énergie est revendue aux fournisseurs historiques. Or peut-on leur faire confiance pour favoriser des modes de production qui viennent concurrencer leur modèle de production centralisée ? Il reste un travail réglementaire à faire pour que les fournisseurs alternatifs aient un intérêt à aider les Français à produire leur propre énergie. À quoi ressemblerait la consommation idéale d’énergie d’une maison ? Des thermostats intelligents (jusqu’à 30% de réduction de la consommation), des radiateurs ou chaudières à meilleur rendement, des panneaux solaires sur le toit pour produire une partie de son énergie et un système pour optimiser sa consommation durant les heures creuses. Quatre éléments accessibles à une grande partie des français mais qui demandent une volonté réelle de la part des fournisseurs d’énergie à les déployer.

Les apports possibles du collaboratif au marché des énergies

Dernière piste dans l’optique d’un monde énergétique idéal : le collaboratif. L’énergie pourrait également bénéficier de cette mouvance venue du Web et démocratisée grâce à nos smartphones. Sans bouleverser directement la consommation du particulier, le collaboratif pourrait très bien améliorer concrètement la qualité de la relation entre fournisseurs et clients. Et si chaque client donnait, en plus de son avis personnel sur son fournisseur, les clés à chaque autre client potentiel pour bien comprendre et discerner les atouts et avantages (ou inconvénients) de tel ou tel fournisseur ? De tel outil d’autoproduction ? Il reste encore à inventer d’autres moyens de consommation intelligente, mais ils pourraient apporter ce souffle nouveau tant attendu.

Julien Tchernia, Président d’Ekwateur

Julien Tchernia a déjà à son actif plusieurs développements réussis de sociétés. Après un début de carrière entre la Bretagne, la Pologne, l'Italie et la Bourgogne, cet entrepreneur dans l'âme a su en Belgique, en Italie comme en France, faire croitre rapidement de petites filiales à l'étroit sur des marchés très concurrentiels.

C’est en 2007 qu’il se lance dans l’énergie, bien décidé à lier développement de business avec lutte contre le dérèglement climatique. Cet ingénieur télécom interrompt alors sa carrière pour un an de formation en énergie aux Mines de Paris. Il se lance dans le secteur pour le compte d’industriels mais l’appel de l’entreprenariat est trop fort. En novembre 2015, avec son associé Jonathan Martelli, il investit ses fonds propres et fonde ekWateur.

EkWateur est un fournisseur d’énergie collaboratif dont l’objectif est de créer un nouveau modèle à la croisée des transitions écologiques, économiques et numériques. A destination des particuliers qui souhaitent se tourner vers un fournisseur d’énergie durable, transparent et de proximité, ekWateur est une alternative aux acteurs dominants du marché français, EDF et Engie. ekWateur fournit de l’électricité 100% renouvelable et du gaz naturel à l’ensemble du territoire français depuis le 13 septembre 2016.

Quel est votre avantage compétitif, votre innovation ? Pour permettre à ses clients de réaliser des économies mais aussi de gagner de l’argent, ekWateur mise sur le collaboratif. L’idée centrale est de faire participer les consommateurs aux activités de l’entreprise en les rémunérant.

  • L’énergie : produire. EkWateur permet à ses clients de produire leur propre énergie, puis leur racheter et leur proposer l’autoconsommation dans un deuxième temps (loi énergie 2017).
  • Le service client : informer. EkWateur propose à ses clients de répondre eux-mêmes aux nouveaux prospects de la marque. Cela se passe depuis chez eux, via deux canaux : par chat ou par téléphone. Et ce n’est pas tout : les clients facturent cette hotline collaborative à ekWateur !
  • La finance : investir. EkWateur offre à ses clients la possibilité d’investir dans leur fournisseur d’énergie. Pour cela, une opération de financement participatif a été lancée avec Lumo. ekWateur s’engage à l’émission d’obligations sur 3 ans, avec un taux de 7% par an, pour un montant de pré-réservation fixé à 200 000 euros.
  • L’informatique : s’interfacer. EkWateur partage son écosystème applicatif auprès d’autres start-up. Par exemple, si une jeune pousse veut créer son propre service, ekWateur propose - avec l’accord du consommateur - de transmettre la donnée énergétique, de la facturer et de promouvoir son service auprès des clients ekWateur.

Quels sont vos clients cible ? Nos clients cibles sont les particuliers, qui souscrivent encore aujourd’hui chez les acteurs historiques du marché comme EDF ou Engie.

Si je vous dis « réputation », vous me dites ? B comme Bonne, Belle, Bluffante :-)!

A vous de recommander deux entreprises à nos lecteurs ! L’agence RP (agence de presse) et Black Pizza (agence pour sites web).

>> Voir la page B-Reputation d'Ekwateur

Ekwateur sur :

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter