B-Mag > E‑Reputation > Travailler son e‑reputation > Les entreprises françaises manquent-elles de crédibilité sur le web ?

Les entreprises françaises manquent-elles de crédibilité sur le web ?

par François Grimpret, B-Reputation

17 juillet 2017

Les entreprises françaises manquent-elles de crédibilité sur le web ?

L’heure – la mode ? – est à la digitalisation des entreprises. Cela concerne d’une part leur propre fonctionnement interne (comment les outils digitaux sont-ils intégrés à la structure même des sociétés ?), d’autre part leur visibilité (le « volume » de ce qui se dit d’elle sur la toile) et leur crédibilité (la « qualité » des propos tenus sur une société donnée). Ces deux axes sont le cœur du diagnostic de réputation digitale créé par B-Reputation. Après étude portant sur plusieurs centaines d’entreprises françaises, quelques enseignements sont notables quant à leur crédibilité et leur visibilité sur internet. Décryptage.

1. Contexte et méthodologie

Nous avons choisi de travailler sur une base de 1000 entreprises françaises que nous avons soumises à notre diagnostic de réputation digitale. Celui-ci nous fournit trois principaux scores :

  • Une note globale (sur 20) qui définit le niveau de réputation digitale de l’entreprise étudiée,
  • Un score de visibilité web (lui aussi sur 20),
  • Un score de crédibilité web (toujours sur 20).
    Chacune de ces notes est calculée après la mise en place et en action d’algorithmes qui « étudient » les différents et multiples canaux de diffusion/acquisition sur lesquels circule l’image (la réputation) de l’entreprise :
  • les moteurs de recherche : Google en premier lieu, évidemment, mais aussi Bing, Yahoo…,
  • les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn pour ne citer que les réseaux « prioritaires » pour une entreprise,
  • le propre site de l’entreprise : le type de contenu qu’on y trouve et l’engagement qu’il suscite chez les visiteurs,
  • les sites référents : sites presse, sites institutionnels, professionnels, informatifs, commerçants…,
  • les plateformes d’avis : Google Reviews, Facebook, Yelp, TripAdvisor, B-Reputation... Les avis sont LA matière de la réputation digitale d’une entreprise. Ils constituent le meilleur feedback, en volume et en qualité, que l’on peut extraire de toutes les « manifestations » digitales d’une entreprise. Ce sont eux qui donnent le pouls, eux qui indiquent le plus « spontanément » le degré de visibilité et de crédibilité d’une entreprise sur internet.

2. Crédibilité digitale des entreprises françaises

La crédibilité digitale d’une entreprise se définit à la fois sur le web « classique » et sur les réseaux sociaux. Que nous disent les résultats obtenus ?

a) Crédibilité web
3 chiffres clés

  • Note moyenne de crédibilité web : 9,7/20
  • 40% des entreprises obtiennent une note supérieure à 10/20
  • 25% des entreprises obtiennent une note inférieure à 7/20


Ces notes plutôt basses s’expliquent d’abord par la carence des entreprises françaises en matière de feedback client, autrement dit : elles ne recueillent pas assez les témoignages (avis) de leurs clients, partenaires ou même employés. Les avis sont la matière première de la crédibilité d’une société sur internet, à condition évidemment que ces avis soient recueillis dans les meilleures conditions de transparence possibles (en faisant appel à un tiers de confiance). Elles « laissent » donc faire leur réputation digitale par d’autres : les mêmes qui donnent leur avis sur elles ici et là sur le web et qui sont, la plupart du temps, des avis négatifs !

b) Crédibilité sociale
3 chiffres clés

  • Note moyenne de crédibilité sociale : 10,1/20
  • 60% des entreprises obtiennent une note inférieure à 10/20
  • 18% des entreprises obtiennent une note supérieure ou égale à 15/20


Les résultats sur la crédibilité sociale de notre échantillon de départ sont nettement moins « uniformes » que pour leur crédibilité web. Cela s’explique en grande partie par l’activité même des entreprises sur les réseaux sociaux. On distinguera les entreprises qui « ne font rien » et celles qui font les choses « comme il faut ». La « classe moyenne » est quasi inexistante. Une grande partie des entreprises françaises (60%) ne font visiblement pas assez d’efforts sur les réseaux sociaux : peu de relais, des réponses trop tardives voire nulles aux requêtes des internautes, profils ou pages mal renseignés…

3. Visibilité des entreprises françaises sur la toile

La visibilité des entreprises françaises sur la toile pourrait être comparée à la « puissance de frappe » de chacune : leur référencement, le nombre et la qualité des backlinks qu’elles obtiennent, le nombre d’avis récoltés ou encore la qualité même de leur site web : quelle est leur audience ? Intègrent-ils du contenu (intéressant) ? Leur temps de chargement est-il optimisé ?

a) Visibilité web
3 chiffres clés

  • Note moyenne de visibilité web : 10/20
  • 52% des entreprises obtiennent une note inférieure à 10/20
  • 20% des entreprises obtiennent une note supérieure ou égale à 15/20


On notera ici encore la disparité qui existe entre les entreprises de haut de classement et celles qui ferment la marche. Les entreprises françaises souffrent en partie des carences de leurs propres sites internet qui se résument trop souvent à de simples « sites vitrines » dont les structures et contenus n’offrent pas les arguments nécessaires à une bonne « exportation » de la marque.

b) Visibilité sociale
3 chiffres clés

  • Note moyenne de visibilité sociale : 9,8/20
  • 58% des entreprises obtiennent une note inférieure à 10/20
  • 7% des entreprises obtiennent une note supérieure ou égale à 15/20


Même si cela n’est pas forcément une grande surprise, cela confirme une tendance assez inquiétante : les entreprises françaises n’existent que trop peu sur les réseaux sociaux, surtout (et même quasi exclusivement) pour les sociétés estampillées BtoB qui ne semblent pas avoir (encore) trouvé les bonnes méthodes et les pratiques les plus efficaces pour faire entendre leur voix (leur business !) sur les réseaux sociaux.

>> Cette étude sera étendue dans quelques semaines à 300.000 entreprises ! Pour ne pas rater l’événement, inscrivez-vous à la newsletter B-Reputation !

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter