B-Mag > Digitalisation des entreprises > Comment mesurer la digitalisation des entreprises ?

Comment mesurer la digitalisation des entreprises ?

par Margaux Blanc, B-Reputation

4 mai 2017

Comment mesurer la digitalisation des entreprises ?

La transition numérique des entreprises est devenue omniprésente dans l’esprit d’une majorité d’entrepreneurs, qui ont de plus en plus conscience des enjeux qu’elle représente et des bénéfices qu’elle peut apporter. Le défi de la digitalisation étant transversal et couvrant la quasi intégralité du mode de fonctionnement des entreprises, il est parfois ardu de mesurer précisément l’avancée du processus, et d’évaluer la maturité digitale acquise. Sur quels paramètres peut-on s’appuyer pour rendre compte de cette évolution, tant en interne qu’en externe face à d’éventuels partenaires commerciaux demandant des comptes ? Comment extraire de la masse de données rendues disponibles par la transition numérique celles qui seront les plus pertinentes à analyser ?

Le choix des indicateurs de digitalisation

Toute la difficulté du choix de ces indicateurs est qu’ils ne sont pas universels, mais propres à chaque entreprise, à son marché, son positionnement, sa taille, ses ambitions… Toutefois, on peut distinguer quelques pistes intéressantes à explorer pour commencer l’analyse :

  • On peut s’interroger sur le budget dédié au numérique dans son ensemble au sein de l’entreprise, et surtout à l’évolution de ce budget dans le temps, entre le début de la digitalisation et le moment de l’étude,
  • Les outils digitaux et logiciels mis en place ainsi que leur utilisation peuvent être listés, en évaluant au cas par cas le gain de temps et la qualité des données rendues disponibles ainsi que leurs utilisations,
  • Ce budget et ces outils permettent bien souvent de proposer de nouvelles offres passant par des canaux orientés vers le Web, mais ces offres peuvent également être le fruit de l’actualisation digitale du business de l’entreprise préexistant,
  • Enfin, on peut analyser la mise en place de nouvelles interactions avec de jeunes partenaires : start-ups, indépendants ou entreprises récentes ancrées dans le digital dès leurs créations. Ce sont des partenaires de premier choix dans le processus de transition numérique.

Ces grands axes doivent ensuite être ajustés et réorientés en fonction des actions réelles mises en place, pour effectuer une analyse de données constructive et significative.

L’analyse des chiffres

Une fois que les indicateurs de digitalisation sont établis, ils doivent être décortiqués en données chiffrées choisies en fonction de l’orientation de l’entreprise.

  • Dans un cadre de mise en place d’une plateforme e-commerce en parallèle de canaux physiques déjà existants, on peut comparer le pourcentage du chiffre d’affaires de l’un par rapport aux autres, et la vitesse d’évolution de ces parts,
  • De la même façon, on peut comparer les canaux de communication utilisés par les clients : entrent-ils en contact avec l’entreprise plutôt par téléphone, par mail, sur mobile, ou encore directement sur le site ?
  • Enfin, l’impact du glissement progressif des offres sur le plan digital peut se mesurer de plusieurs façons : d’abord en s’intéressant aux chiffres de fréquentation des pages disponibles sur Internet (site Web ou réseaux sociaux par exemple), et au comportement des utilisateurs sur ces pages. Quel est le taux de conversion ? À quelle vitesse progresse le nombre de « fans » ?

C’est à cette étape que le risque de dispersion est le plus fort : devant la quantité de données exploitables, il faut veiller à rester concentré sur celles ayant un réel impact sur la stratégie définie en amont, et celles qui sont relatives aux changements mis en place lors du processus de digitalisation.

La digitalisation dans l’entreprise

Cet axe d’analyse est (au moins !) aussi important que les autres, car une transformation digitale réussie ne peut se passer de l’implication de toute l’entreprise, et de tous ses acteurs.

  • Il est primordial de s’assurer que la transmission d’un état d’esprit digital, ou d’une culture d’entreprise numérique, est effective à tous les niveaux. Pour chaque pallier de l’échelle hiérarchique, la formation doit s’effectuer de façon fluide pour susciter un réel engagement digital global,
  • Cette transmission de savoir ne doit pas s’arrêter à la maîtrise formelle des outils : utiliser correctement un logiciel n’a que peu de sens sans une réelle acculturation numérique, et sans une compréhension des enjeux rendus possible par ces outils,
  • C’est donc bien souvent le cœur du fonctionnement qui évolue lors d’un processus de digitalisation, il s’agit donc de prendre du recul sur les nouvelles méthodes mises en place et s’assurer de leur optimisation. Cela nécessite un regard global sur la collaboration entre toutes les parties prenantes de la vie de l’entreprise, en sachant rester critique et objectif !

Il est parfois difficile de prendre du recul sur une évolution si profonde, surtout quand on est soi-même acteur de cette mutation. S’assurer de la bonne maîtrise des outils ou de la cohérence d’une vision nécessite parfois de s’entourer de conseillers extérieurs, pour garder le recul nécessaire et vertueux d’une telle analyse. Quoi qu’il en soit, prendre la mesure de la digitalisation de son entreprise permet surtout de remettre en perspective le chemin parcouru, et d’ouvrir la voie vers de futurs axes d’évolution !

Mesurer la digitalisation, une remise en perspective !
Mesurer la digitalisation, une remise en perspective !

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter