5 clés de départ pour travailler son e-reputation

par Margaux Blanc, B-Reputation

12 janvier 2017

5 clés de départ pour travailler son e-reputation

La prise de conscience de l’importance d’une politique de gestion de l’e-reputation progresse de plus en plus dans les entreprises. Mais avant de mettre en place une stratégie efficiente, il faut prendre le temps de la construire. Par où commencer ? Quels sont les points qui méritent qu’on y prête attention dans la conception d’une stratégie e-reputationnelle forte ? Voici 5 pistes de réflexion pour commencer à travailler son e-reputation.

Gérer son e-reputation ouvre des opportunités

  • La gestion de l’e-reputation est bien souvent présentée comme une nécessité pour anticiper les potentiels bad buzz, ce qui donne une image de terrain extrêmement sensible et glissant aux médias sociaux,
  • S’il ne faut pas sous-estimer l’impact potentiel d’une mauvaise e-reputation, prendre la parole sur internet et devenir acteur de son e-reputation est une avant tout une stratégie créatrice d’opportunité !
  • Être actif sur un blog ou sur les réseaux sociaux permet de créer un lieu d’interaction avec les parties prenantes d’une entreprise et de s’ouvrir à l’échange et la discussion.

L’e-reputation est la part digitale de la réputation

  • Gérer son e-reputation doit s’insérer dans une réflexion stratégique globale : celle de la gestion de la réputation. En effet, ces deux notions ne sont pas à dissocier : l’une est le pendant digital de l’autre, et même si les outils et supports ne sont pas les mêmes, elles doivent aller dans la même direction globale,
  • Avoir une vue d’ensemble de la réputation demande de bien maitriser les enjeux de l’entreprise, son image, sa ligne éditoriale, les attentes de ses parties prenantes et les ressources disponibles.

La veille, un investissement secondaire

  • Attention, il est bien sûr primordial de se tenir informé de ce qu’on dit de vous sur internet. Mais quand la stratégie de gestion de l’e-reputation est en cours de création, la veille n’est pas forcément le pôle à prioriser,
  • Avant de songer aux outils qui seront utilisés pour gérer l’e-reputation, il est plus pertinent d’injecter l’investissement initial dans la gouvernance et l’organisation solide d’une stratégie efficiente.

Gouvernance de l’e-reputation et community management : deux pôles différents

  • Définir une stratégie de gestion de l’e-reputation est un enjeu de gouvernance. L’e-reputation est la façon dont les autres vous perçoivent, c’est un questionnement majeur qui doit être mis dans les mains des décisionnaires au sein de l’entreprise.
  • Le travail de community management est lui, la force opérante de la stratégie préétablie. S’il nécessite une solide expertise, il peut difficilement être décisionnaire, surtout dans le cas de grandes entreprises ayant parfois plusieurs community manager.

Mesurer l’e-reputation n’est pas une fin en soi

Une stratégie de gestion de l’e-reputation ne doit pas avoir pour objectif final de faire un audit réputationnel.

  • Etablir des mesures de performances n’est pas une fin en soi, elles doivent servir à alimenter la réflexion et donner l’impulsion aux actions futures,
  • C’est en privilégiant l’analyse qualitative qu’on peut évaluer le plus finement la pertinence de la stratégie de gestion de l’e-reputation.

À lire aussi

Votre e-reputation

Obtenez votre diagnostic gratuit de e-reputation

Diagnostic

Notre Newsletter

Rejoignez la communauté de 1 500 dirigeants qui recoivent, une fois par mois, le meilleur de notre magazine

Email invalide

Merci de vous être inscrit(e) !

Découvez la e-reputation de votre entreprise