B-Mag > Digitalisation des entreprises > Le Bitcoin : véritable révolution monétaire ou simple bulle spéculative ?

Le Bitcoin : véritable révolution monétaire ou simple bulle spéculative ?

par Paul Catteau, B-Reputation

13 juin 2017

Le Bitcoin : véritable révolution monétaire ou simple bulle spéculative ?

« Je pense qu’Internet va devenir l’une des forces majeures pour diminuer le rôle des gouvernements. La seule chose qui manque, mais qui sera bientôt développée, est une solution fiable de cash électronique » déclarait l’économiste libéral Milton Friedman, prix Nobel en 1976. Il suffira d’attendre quelques années pour voir la vision de Friedman se réaliser avec l’invention par un certain Satoshi Nakamoto d’une monnaie qui aspire à révolutionner les moyens de paiement traditionnels : le Bitcoin. Issue des termes anglais bit (unité d’information binaire) et coin (pièce de monnaie), cette crypto-monnaie connaît un succès croissant en tant que moyen de paiement, comme l’indique le record de transactions annuelles atteint en 2016 à hauteur de 289 milliards de dollars.

Le Bitcoin est-il une monnaie comme les autres ?

Au même titre que n’importe quelle autre devise, le Bitcoin remplit les 3 fonctions essentielles de la monnaie telles qu’elles avaient été définies par Aristote dès le IV° siècle av. J-C. En effet, le Bitcoin est une unité de compte qui permet de mesurer la valeur d’un bien, c’est un intermédiaire des échanges qui facilite les transactions commerciales, et enfin il assure une fonction de réserve de valeur car il peut être stocké au fil du temps.
Mais le Bitcoin détient également quelques caractéristiques qui le distinguent des monnaies classiques. Il n’est d’une part pas reconnu comme un moyen de paiement légal (il peut être refusé par un commerçant), et d’autre part ses fluctuations ne sont pas supervisées par une Banque Centrale (à la différence de la BCE pour l’euro, ou de la Réserve Fédérale Américaine pour le dollar par exemple), rendant ainsi cette monnaie numérique particulièrement volatile. La récente envolée de son cours au-delà de la barre symbolique des 2000$ (alors qu’il se situait aux alentours de 700$ à la fin de l’année 2016) illustre la très forte exposition de cette monnaie virtuelle aux mouvements spéculatifs, mais aussi la confiance croissante que les investisseurs lui accordent.

Comment les Bitcoin sont-ils émis ?

La création des Bitcoin obéit à une logique bien précise. Ce sont des membres du réseau Bitcoin qui sont à l’origine du processus d’émission de cette monnaie virtuelle à travers des opérations de « minage » : ils mettent au point des algorithmes informatiques chargés d’assurer la sécurité des transactions entre utilisateurs, et en échange ils reçoivent de nouveaux Bitcoins. Cependant, la rémunération de ces « mineurs » n’est pas linéaire dans le temps : elle s’élevait à 50 bitcoins par « bloc » de transactions à son lancement en 2009, puis est passée à 25 bitcoins en janvier 2013 et est actuellement de 12,5. L’objectif de ce procédé dégressif est de limiter l’inflation qui aurait découlé d’une création monétaire basée sur le mécanisme classique de la « planche à billet ». De plus, la quantité maximale de cette monnaie en circulation a été fixé à 21 millions de Bitcoins. Ainsi, en raison de ce plafond, on peut assimiler le Bitcoin à une monnaie-matière première dont les réserves ne sont pas infinies.
Cependant, l’obtention de Bitcoin n’est pas réservée aux « mineurs ». En effet, des plateformes en ligne telles que Coinhouse (1er site français de vente en ligne de Bitcoins) ou Local Bitcoins permettent à tous les internautes d’acheter ou de vendre cette crypto-monnaie en échange de devises ayant cours légal. Ces plateformes se distinguent les unes des autres par des frais de courtage plus ou moins élevés (à partir de 0,5% sur la plateforme allemande BitcoinDe, et pouvant atteindre jusqu’à 12% sur Coinmama par exemple). De nombreux moyens de paiement sont souvent mis à la disposition de l’acheteur, que ce soit par carte bancaire, par compte PayPal ou même par espèce grâce au service d’envoi d’argent Western Union.

Comment utiliser ses Bitcoins ?

Même s’il arrive qu’il soit détenu à des fins exclusivement spéculatives ou frauduleuses (puisqu’il procure à son détenteur un anonymat total du fait de sa faible traçabilité), le Bitcoin aspire avant tout à être un moyen de paiement rapide, pratique et fiable de la vie quotidienne auprès des e-commerçants équipés de modules de paiement spécifiques tels que BitPay ou Coinbase. L’un des principaux attraits du Bitcoin pour le consommateur est l’absence de frais de transaction (pas d’intermédiaire bancaire), menant ainsi à des prix inférieurs de 2 à 3% par rapport aux solutions de paiement en ligne classiques.
Grâce aux atouts de cette monnaie dématérialisée, le réseau d’utilisateurs de Bitcoins ne cesse de croître au fil des années : on dénombre aujourd’hui plus de 130 mille entreprises dans le monde qui acceptent d’être réglées par cette crypto-monnaie (78% d’entre elles sont des établissements alimentaires), mais la majorité d’entre eux se situent aux Etats-Unis, la France étant en retard sur ce marché par rapport aux pays anglo-saxons. Le Bitcoin est donc une monnaie appelée à jouer un rôle croissant dans le système monétaire de certains pays dans les années à venir, mais une évolution des mentalités est encore nécessaire avant d’assister à une réelle démocratisation de cette monnaie dans l’ensemble de nos achats du quotidien (il n’occupe actuellement que la 8e place dans le classement des moyens de paiement les plus utilisés au monde).

Le Bitcoin, l’avenir du paiement en ligne ?
Le Bitcoin, l’avenir du paiement en ligne ?

À lire aussi

Newsletter

Une fois par mois, le meilleur de notre magazine :

  • e-reputation, référencement, réseaux sociaux
  • digitalisation des entreprises
  • satisfaction client

Articles, dossiers, interviews et infographies !

Rejoignez-nous sur facebook

Suivez-nous sur Linkedin

Suivez-nous sur twitter