Assurances : les principaux changements attendus en 2017

par François Grimpret, B-Reputation

19 janvier 2017

Assurances : les principaux changements attendus en 2017

Modifications des lois, ajustements des tarifs, nouveaux outils… L’année 2017 s’annonce chargée dans le monde de l’assurance. Pour le plus grand bonheur des assurés ? Décryptage.

Auto, moto et habitation

Les assurances auto, moto et habitation augmentent en 2017. Selon les prévisions, il faut compter de + 1 % à + 2 % en assurance auto/moto et de + 2 % à + 3 % en habitation. Ces hausses s’expliquent principalement par l’augmentation de la taxe terrorisme. Cette taxe prélevée automatiquement sur l’assurance automobile et habitation a augmenté de 1,60 € pour s’établir à 5,90 € au 1er janvier 2017. Elle sert en premier lieu à financer le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI).

Santé

Les tarifs de l’assurance santé sont également revus à la hausse en 2017 : de 2 à 4 % en moyenne. En revanche, bonne nouvelle : ne plus avancer de frais lors de la consultation d’un médecin sera (enfin) possible en 2017. Si l’ensemble des Français devra attendre le 30 novembre pour bénéficier de cet avantage de dispense d’avance de frais, dès le 1er janvier 2017 ce sont les femmes enceintes et les personnes souffrant d’affection longue durée qui en bénéficieront automatiquement. Attention toutefois : l’avance de frais concerne la part obligatoire de la Sécurité Sociale et la part de la mutuelle, mais ne concerne pas les éventuels dépassements d’honoraires non pris en charge.

Assurance-vie

Le 1er janvier 2017, la Caisse des dépôts a ouvert le site ciclade.fr. Il propose aux bénéficiaires d'un contrat d'assurance vie, non réglé depuis plus de 10 ans, de se voir restituer les sommes qui leurs sont dues. C'est un service créé à la suite de la loi Eckert du 13 juin 2014. Il permet de rechercher gratuitement les sommes issues d'assurances vie et de comptes inactifs transférées par les assureurs à la Caisse des Dépôts. A savoir : un contrat d'assurance vie peut être en déshérence à la suite du décès du souscripteur sans que l'assureur n'en ait été informé, ou sans qu'il ne puisse identifier le ou les bénéficiaires. Après 10 ans, les sommes doivent être transférées à la Caisse des dépôts. Après 30 ans, elles sont définitivement reversées à l'État.

Assurance obsèques

Le souscripteur d'un contrat obsèques n'informe pas toujours son bénéficiaire de l'existence du contrat. Conséquence, lors du décès la famille peut saisir le Service Recherche des bénéficiaires en cas de décès de l'Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (agira.asso.fr). La saisine est gratuite et s'effectue par courrier simple (1, rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09) ou par courrier électronique (agira@agira.asso.fr). Pour 2017, les entreprises d'assurances se sont engagées à répondre aux familles dans un délai de 3 jours ouvrés à compter de la réception de la demande.

À lire aussi

Notre Newsletter

Rejoignez la communauté de 1 500 dirigeants qui recoivent, une fois par mois, le meilleur de notre magazine

Email invalide

Merci de vous être inscrit(e) !